Mes inventions et la Sacad

Share Button
Mes inventions, Jean-Claude Chesneau - La SACAD

Mes inventions, Jean-Claude Chesneau – La SACAD.

Mes inventions :
Je suis devenu tétraplégique le 5 juin 1960 en plongeant dans une piscine et j’ai perdu l’usage de mes bras et de mes jambes à cause d’une lésion aux cinquième et sixième vertèbres cervicales. Sur mon lit, à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches, je ne pouvais bouger, ni même chasser une mouche sur mon visage. Comment aurais-je pu manœuvrer la poire de la sonnette pour appeler l’infirmière ? J’ai imaginé une tétine de compte-goutte fixée auprès de lamelles en laiton récupérées sur une pile hors d’usage d’une lampe de poche, fixée sur une planchette. À ces lamelles étaient reliés deux fils électriques s’en allant à la poire d’appel et – à la tétine –  un tuyau de perfusion coupé à bonne longueur et fixé près de mes lèvres. En soufflant dans le tuyau, la tétine se gonflait légèrement et mettait en contact les lamelles qui, à leur tour, déclenchaient la poire insaisissable !

La SACAD :
J’ai repensé fondamentalement toutes les fonctions et imaginé un appareil modulaire intégrant l’appel d’une personne (interphone), la télévision, la gestion des portes et fenêtres, des rideaux,  du téléphone, d’une machine à écrire, le tout radiocommandé par le souffle. J’ai créé ma propre société la SACAD  « Systèmes d’Asservissement pour Commandes à Distance « , puis j’ai commencé la fabrication. Dans les années 70, grâce au progrès technique, les lampes ont été avantageusement remplacées par des circuits intégrées pour piloter les séquences de contrôles, la commande initiale étant toujours faite par un souffle ou une aspiration.  Sous contrat avec IBM j’ai développé par la suite un prototype d’asservissement de machine à écrire, sur une 73 puis une 72 reconditionnée. J’ai développé également un téléphone mains-libres (CGCT) et différentes adaptations sur des récepteurs de radio, téléviseurs, interphone, etc…

Publicité

Publicité

La Sacad a fabriqué les premiers modulateurs de lumière psychédéliques vendus en France dans les supermarchés de 1970 à 1978 ce qui a permis de financer toutes ces recherches.
Le bilan :
Mes appareils ont équipé le Centre de LADAPT de Cambrai, les centres ADEP de Montereau et d’Evry et des adaptations spéciales ont été réalisées chez le particulier. Plus d’une centaine de modules ont été installés à la fin de 1980. Toutes ces adaptations évoluant rapidement font appel à l’informatique, à la synthèse de la parole et autres techniques récentes.
Remerciements :
Toutes ces réalisations n’auraient pas été possibles sans le concours ou la participation, du Professeur Jean Bénassy, Chef de Service à l’hôpital Raymond Poincaré de Garches, d’André Milésy, Président de APCH, Mademoiselle Suzanne Fouché, Présidente de LADAPT, Monsieur André Dessertine, Président de l’ADEP, à Claude Demandre d’IBM-France, à André-Pierre Lombard et à tous ceux qui m’ont apporté leur aide directe ou indirecte à la réalisation de ces projets.

possumLe système POSSUM :
Précurseur, il a été fabriqué par un ingénieur anglais Reginald Mailling. Ce système regroupait un ensemble d’appareils, de relais et de lampes, dédiés à des fonctions domotiques – visualisées sur un tableau – comme l’ouverture et la fermeture de circuits électriques simples. J’ai pu visiter une installation qui permettait de commander un environnement domestique. Lourds, volumineux et bruyants, ces appareils fixés sur plusieurs tables étaient difficilement transportables.

 

Share Button